top of page
Rechercher

31,5 % de forêts anciennes

Dans le cadre d’un travail collectif à l’échelle des Parcs naturels du Massif central, coordonné par l’Inter-Parcs Massif central (IPAMAC), le Syndicat mixte du Parc a localisé ces forêts présumées anciennes sur son territoire.

Les gorges de la Rhue sur les cartes d’Etat-Major © IGN BNF

Afin d’orienter son action en faveur de la conciliation de l’exploitation forestière avec le maintien voire l’amélioration de la biodiversité, le Syndicat mixte du Parc a localisé les forêts présumées anciennes sur le territoire du Parc, à savoir des espaces boisés ayant conservé leur vocation forestière depuis au moins le début du XIXe siècle.



Pourquoi ?


Ces forêts anciennes présentent des caractéristiques écologiques indéniables, notamment car leurs peuplements matures, riches en vieux arbres et en bois mort représentent de véritables réservoirs de biodiversité ou niches écologiques indispensables à de nombreuses espèces forestières.

Hêtraie à scilles-jacinthes de la RNN de Chaudefour - © C-Birard SMPNRVA

La localisation des « forêts présumées anciennes » sur le territoire du Parc des Volcans a été réalisée par comparaison des forêts actuelles et des forêts présentes sur les cartes d’Etat-major (1844/1845).


Des résultats

  • 9,7 % de la surface du Parc des Volcans d'Auvergne sont représentés par des forêts présumées anciennes

  • 31,5 % des forêts actuelles du Parc des Volcans sont présumées anciennes.

La préservation de ce patrimoine amène non seulement à se questionner sur la multifonctionnalité et la gestion passées et actuelles de ces espaces, mais également à réfléchir aux forêts de demain.


Avec ses partenaires, le Syndicat mixte du Parc cherche à améliorer cette méthode et à l’étendre à d’autres massifs forestiers à enjeux de son territoire.


A télécharger :

コメント


  • Facebook parcvolcans
  • Instagram parcvolcans
  • Tripadvisor
  • You tube
  • Dailymotion
  • Wikipedia logo
bottom of page