Accueil > Nous > Nous vous accueillons > Visiter le Parc > Découvrir les patrimoines > L'eau dans tous ses états

L'eau dans tous ses états

Issue d’une histoire volcanique unique, la singularité du Parc des Volcans d’Auvergne est également due à l’omniprésence de l’eau, sous toutes ses formes : vallées glaciaires, gorges sauvages, rivières à eaux vives, cascades, lacs naturels et zones humides .

pavin-pano (Agrandir l'image). Le Lac Pavin - © N. Guimard / PNRVA

Avec près de 3 400 km de cours d’eau à truite, le Parc est situé dans une région où le réseau hydrographique est le plus dense de France . Il abrite les sources de la Dordogne, et de nombreux affluents du Lot et de l’Allier ; il est donc situé à l’amont des bassins Adour-Garonne et Loire-Bretagne .

Ces milieux aquatiques abritent des espèces patrimoniales rares , pour la plupart protégées : loutre d’Europe, écrevisse à pieds blancs, etc.

L’eau souterraine constitue également une ressource économique pour le territoire bien connu pour ses eaux minérales et ses  villes thermales .

Les vallées glaciaires, nées de la fonte des glaces

Vallée de Chaudefour (Agrandir l'image). Vue d’ensemble de la vallée - © RNN vallée de Chaudefour

Paysages caractéristiques des régions de montagne et particulièrement saisissantes dans les Monts du Cantal, les vallées glaciaires sont le fruit d’un immense et long travail d’érosion. Les glaciers, encore présents il y a 12 000 ans, ont usé, sculpté et remodelé ces vallées en « U », appelées vallées en auge.

Les vallées glaciaires de Chaudefour et de la Fontaine Salée (Chastreix-Sancy) sont dotées d’un patrimoine naturel si exceptionnel qu’elles sont classées en réserves naturelles nationales .

Les lacs

Le territoire concentre une quinzaine de lacs naturels remarquables dont 70% des lacs naturels du bassin Loire Bretagne. Leurs origines sont multiples : on peut ainsi rencontrer des lacs de cratère ou maars (lac Pavin, Gour de Tazenat), des lacs de barrage volcanique (lacs d’Aydat et de Montcineyre), des lacs d’origine glaciaire (lac de la Crégut).
Certains lacs sont artificiels, conséquence de la construction de barrage (retenue de Lastioulles).

Ces lacs montagnards sont particulièrement sensibles aux pollutions liées aux activités humaines (agricoles, défauts d’assainissement domestique et apports d’origine atmosphériques) qui accélèrent le processus naturel d’eutrophisation.

Le Syndicat Mixte du Parc agit avec ses partenaires institutionnels et les acteurs locaux afin d’améliorer la connaissance de ces milieux aquatiques et de les préserver à l’échelle de leur bassin versant, notamment au travers du contrat territorial des lacs de la tête de bassin de la couze Pavin.

Les zones humides

Tourbière de la Plaine Jacquot (Agrandir l'image). Tourbière de la Plaine Jacquot - © PNRVA

Vous reconnaîtrez les zones humides à leur sol saturé en eau et à leur végétation hygrophile (aimant l’eau). Leur intérêt biologique et écologique est exceptionnel. Véritables « éponges », elles régulent les crues en retenant l’eau lors des précipitations et la restituent lentement au milieu environnant en période plus sèche.
Le Parc est ainsi parsemé de mares, de prairies humides et d’exceptionnelles tourbières d’altitude.

Tourbières du Cézallier et de l'Artense, parlons-en !

Plus de 200 tourbières  sont connues dans ces deux régions naturelles du Parc. Une densité incroyable, constituant  un patrimoine identitaire inestimable, source de dialogues autour de leurs savoirs, leurs pratiques, leurs histoires.


Tourbières >> Nos tourbières au quotidien (12 min) par Parc-des-Volcans

Retrouvez ce projet en détail ...  

Gérer l’eau à l’échelle du bassin versant

L’eau est une ressource vitale pour les habitants et garante de nombreuses activités économiques. L’impact cumulé des activités humaines à l’échelle du  bassin versant  engendre souvent des dégradations de l’eau, des rivières, des lacs et des zones humides. Des  outils de gestion intégrée de l’eau  sont mis en place à l’échelle du bassin versant pour mieux concilier activités humaines et préservation des ressources en eau et des milieux aquatiques. Sur notre territoire :

  • des  Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE)  :  SAGE Alagnon ,   SAGE Allier aval SAGE Sioule projet de SAGE Dordogne amont .
  • des  contrats territoriaux  : Auzon, Veyre, Alagnon, Clermont-Communauté, projets de contrats territoriaux Couze Pavin, lac Chambon et Sioule, projet de contrats sur la Haute Dordogne.

Tourbières du Cézallier et de l'Artense, parlons-en !

 

Plus de 200 tourbières sont connues dans ces deux régions naturelles du Parc. Une densité incroyable, constituant  un patrimoine identitaire inestimable, source de dialogues autour de leurs savoirs, leurs pratiques, leurs histoires

Consulter le projet en détail...

Dossier Au fil de l'eau

La singularité des paysages du Parc est le fruit d’une histoire volcanique unique mais elle est également due à l’omniprésence de l’eau, sous toutes ses formes...

Lire la suite

Carnet de terrain | Le lac Pavin

Pas de fumée sans feu...

Lire la suite

Les usages de l'eau

Eau potable, agriculture, industrie, tourisme, énergie … : sur le territoire, l’eau est une ressource omniprésente mais fragile qui contribue activement à la vie économique du territoire.

Lire la suite