Accueil > Modules > Lettres d'information > Les lettres d'information du Parc des Volcans d'Auvergne > Lettre des réserves naturelles des Volcans d'Auvergne > Lettre des réserves naturelles des Volcans d'Auvergne > Un panel d'actions menées par la Réserve naturelle de La Godivelle en 2019

Un panel d'actions menées par la Réserve naturelle de La Godivelle en 2019

le 8 juillet 2019

Durant l'année 2019, la Réserve naturelle nationale des Sagnes de La Godivelle poursuit ses démarches en faveur de la conservation et valorisation des patrimoines qui font la richesse de cet espace remarquable situé au cœur du Cézallier.

Surveillance et suivi des espèces sur la Réserve naturelle nationale des Sagnes de La Godivelle - © Fx Gutton

Suivi des oiseaux nicheurs

La richesse en oiseaux a été l’une des raisons du classement des tourbières de La Godivelle en Réserve naturelle en 1976. Un inventaire complet est réalisé tous les 10 ans, ce qui permet d’avoir aujourd’hui plus de 30 ans de recul sur l’évolution des espèces et des effectifs, chose rare en Auvergne. La Ligue pour la Protection des Oiseaux est chargée d’actualiser le recensement. Une attention particulière sera portée sur les espèces à enjeu : Pie-grièche grise, Bécassine des marais, Bruant des roseaux, Tarier des prés…

Etude paléoécologique

Quelle est l’histoire des tourbières de La Godivelle ? Comment se sont-elles formées il y a environ 8 000 ans ? C’est à cette question que l’étude paléoécologique va essayer de répondre. La méthode consiste à réaliser des forages dans la couche de tourbe, à plusieurs mètres de profondeur, puis analyser les « macrorestes » conservés dans la tourbe : racines, feuilles, spores. Ces informations, couplées à des radiodatations au Carbone 14, vont permettre de reconstituer la succession des végétations à l’origine de l’édification de la tourbière.

Inventaire du zooplancton

Prélèvement de zooplancton au filet - © SMPNRVA (RNNSG)

Bienvenue dans le monde de l'infiniment petit ! Les lacs, mares et gouilles des tourbières sont peuplés d'une multitude de petits animaux, de moins d'un millimètre de long parfois : le zooplancton. Certains sont herbivores, d’autres carnivores. Ils sont eux-mêmes la nourriture de nombreuses autres espèces comme les poissons ou les oiseaux. Ils jouent donc un rôle clé dans la chaîne alimentaire !

La Réserve naturelle fait appel à une spécialiste pour mener l'inventaire du zooplancton. Des prélèvements d’eau sont réalisés à l’aide d’un filet à mailles très fines, puis les organismes sont identifiés au microscope en laboratoire. Cette étude va apporter des éléments essentiels sur la biodiversité des tourbières de La Godivelle, mais également des informations sur l'état de santé des milieux aquatiques.

Étude des cours d’eau

Pêche électrique - © SMPNRVA (RNNSG)

Les ruisseaux de La Godivelle n’ont jamais fait l’objet d’études approfondies, peu d’informations sont disponibles. La Fédération de Pêche est donc chargée de réaliser un état des lieux. L’inventaire des poissons va être mené au moyen de pêches électriques : un courant propagé dans l’eau attire et tétanise quelques instants les poissons, qui sont capturés à l’épuisette, mesurés puis remis à l’eau. En parallèle, la morphologie des ruisseaux va être décrite précisément.

Remise en état du Chemin du Lac-du-Bas

La piste qui longe le lac n’avait pas été entretenue depuis de nombreuses années et se trouvait très dégradée. D'importants travaux ont été réalisés au printemps pour remettre le chemin en état, améliorant ainsi l’image du site et les conditions de circulation des agriculteurs qui l’empruntent pour accéder à leurs prés. La circulation des véhicules à moteur est interdite à l'exception des ayants droits (agriculteurs, pêcheurs) et des personnes à mobilité réduite.

Inventaires des libellules

Inventaire des libellules - © SMPNRVA (RNNSG)

Les lacs et tourbières de La Godivelle sont des milieux riches en libellules, dont certaines espèces rares en France, ce qui confère à la réserve naturelle une responsabilité particulière. 20 ans après les premiers inventaires, il était temps de dresser le bilan.

Le Parc des Volcans d'Auvergne mène donc sur 2 ans une étude globale. Les milieux de vie des libellules sont cartographiés. Des comptages sont réalisés tout au long de l’été sur les berges du Lac d’en Bas et les mares des tourbières. Enfin, les exuvies, cette « peau » que les larves laissent dans la végétation au moment de l’émergence, sont collectées pour détermination. La comparaison des résultats avec les inventaires précédents va permettre d’évaluer l’évolution des populations et d’identifier les enjeux de conservation pour mettre en place une gestion adaptée.

Travaux de fauche dans les tourbières

Plus de 6 hectares de roselières et mégaphorbiaies fauchées pour tenter de limiter les stocks de nutriments dans la tourbière - © SMPNRVA (RNNSG)

La tourbière du Lac d’en Bas est en voie d’eutrophisation (déséquilibre lié à l’apport excessif de nutriments tels que phosphore et azote). La flore a tendance à s’uniformiser au détriment des végétations remarquables.

Afin de limiter ce phénomène, une expérimentation a été lancée en 2017. Des secteurs de tourbière, touchés par cette eutrophisation, sont fauchés et la végétation est ensuite exportée. Ces travaux sont assurés par l’équipe technique du Parc des Volcans d'Auvergne. A l’avenir, leur entretien pourrait être confié à des agriculteurs volontaires de La Godivelle. Ce test grandeur nature est mené pendant 5 ans sur 5 à 10 ha. La gestion sera éventuellement étendue à d’autres surfaces suivant les résultats obtenus.

 

 

Menées par le Syndicat mixte du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne dans le cadre du Plan de gestion 2016-2020 de la Réserve naturelle nationale des Sagnes de La Godivelle, ces actions sont financées par l’Union européenne dans le cadre du Fonds Européen de Développement (FEDER), l’Agence de l’Eau Adour-Garonne et l’Etat.

 

 

Noter cet article : Nombre de votants : 31

Réserve naturelle nationale des Sagnes de La Godivelle

Située au cœur des estives du Cézallier à 1 200 mètres d’altitude, c'est l’une des plus anciennes réserves naturelles de France. Elle protège deux tourbières situées en bordure du «Lac d’en Bas» et en aval du village de La Godivelle, à «la Coualle Basse».

Lire la suite

 

Visiter la Réserve naturelle des Sagnes de La Godivelle

Au cœur du massif du Cézallier, la Réserve naturelle des Sagnes de La Godivelle abrite deux tourbières, véritable joyaux de biodiversité, situées en bordure du «Lac d’en Bas» et en aval du village de La Godivelle, à «la Coualle Basse».

Lire la suite

A suivre

Retrouvez prochainement le mémo du Parc spécial tourbières !