Accueil > Modules > Lettres d'information > Les lettres d'information du Parc des Volcans d'Auvergne > La lettre d'information territoriale du Parc des Volcans d'Auvergne > Lettre d'information > Une valse à trois temps...

Une valse à trois temps...

Le syndicat mixte du Parc entre dans la danse en soutenant le projet « Mémoires de bal » , lancé par la communauté de communes du Pays de Salers (15).

« Mémoires de bal » - © Céline Gaille (2013, CCPS)

Un, deux et trois… femmes ont travaillé de pair à la concrétisation d’ un projet donnant la parole aux aînés . Florence Chancel, chargée de la culture pour la communauté de communes du Pays de Salers avait une idée : « étudier les bals ».

Pour mener à bien ce projet, elle s’est entourée de Lucie Braun, ethnologue de formation et musicienne, et de la photographe Céline Gaille. Durant cinq mois de l’année 2013, ces deux dernières ont visité les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et maisons de l’intercommunalité acceptant de les accueillir, à la rencontre d’hommes et de femmes marqués par les bals.

Multiculturel

Pour faire parler la mémoire, Lucie Braun a son secret : quelques notes de violon et l’évocation des musiques d’antan devient plus réelle. Équipée de son enregistreur, elle capture les souvenirs de bals, tandis que Céline Gaille photographie des visages ranimés.

Dans ce travail, pas de véritable nostalgie mais un désir de recréer des moments de bonheur et d’insouciance.
Et, surtout, d’offrir l’opportunité de danser sur la musique de six musiciens se prêtant au jeu : Pierre Capel, Jean Bona, Jean-Claude Rocher, Brigitte Bigotte, Florence Poret et Isabelle Costes.

Rythmer la vie

C’est comme si ces hommes et ces femmes avaient attendu qu’on relance le disque depuis longtemps. Quelques sons de cabrettes et les voilà prêts à se déhancher. Henriette Auriacombe, née à Saint-Illide en 1932, est tellement imprégnée de la musique qu’elle annonce, « Le jour où je serai morte, faites venir un cabretaïre : si je ne remue pas les orteils, vous pourrez m’enterrer ». C’est dire si Lucie Braun et Céline Gaille ont mis le doigt sur un sujet important. Lucienne Meyrat, née au hameau de Saint-Martin-Cantalès en 1915, raconte à quel point les bals étaient une échappatoire, « On ne peut pas faire les deux : danser et avoir des idées noires ». Pour ceux qui ont connu la guerre, ces moments de répit paraissaient vitaux et font aujourd’hui.

Conserver les mémoires

Lucienne Meyrat « Mémoires de bal » - © Céline Gaille (2013, CCPS)

Sujet universel, la danse adoucit les moeurs. À en croire le témoignage de la centenaire Marie Brossard, née à Darazac en 1908, et vivant désormais à l'EHPAD de Pleaux, la musique est partout, « Vous ne savez pas où j’ai appris à danser moi ? Avec mes moutons. Et je dansais et je chantais et je dansais toute seule. »

« Mémoires de bal » rassemble plus de 80 clichés et de nombreux témoignages audio, ainsi qu’une séance vidéo. Après avoir fait le tour des EHPAD du Pays de Salers, il restera un collectage d’informations essentiel à la préservation d’une mémoire collective.

 

Le syndicat mixte du Parc s’est engagé dans ce projet à travers le programme Leader, car il s’inscrit dans un désir de préservation du patrimoine immatériel .

Noter cet article : Nombre de votants : 870