Accueil > Modules > Lettres d'information > Les lettres d'information du Parc des Volcans d'Auvergne > La lettre d'information institutionnelle du Parc des Volcans d'Auvergne > Le lien volcanique > 28 agriculteurs du Nord Cantal engagés en 2015 dans l'agro-écologie

28 agriculteurs du Nord Cantal engagés en 2015 dans l'agro-écologie

le 29 octobre 2015

Afin de préserver les tourbières et zones humides des sites Natura 2000 du Nord Cantal, le Syndicat mixte du Parc des Volcans d’Auvergne a accompagné en 2015 les exploitations agricoles volontaires pour la réalisation de contrats de mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC).

Mise en œuvre de MAEC en faveur de la tourbière des Sagnes de Grand Combe (commune d’Apchon) - © SMPNRVA (AB)

Depuis de nombreuses années, le Syndicat mixte du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne encourage et accompagne les exploitants agricoles du territoire qui souhaitent agir en faveur d’une agriculture garante de ressources locales de qualité et source de biodiversité : l’agriculture et le pastoralisme façonnent les écosystèmes, génèrent de la biodiversité et participent à l’esthétique des paysages. Afin de garantir le maintien de pratiques vertueuses et d’inciter le changement de pratiques favorables à la préservation de l’environnement, plusieurs outils sont mis à disposition des exploitants dont les MAEC financées par l’Europe et l’État : ils permettent d’accompagner les exploitations agricoles volontaires qui s’engagent dans le développement de pratiques combinant performance économique et performance environnementale ou dans le maintien de telles pratiques lorsqu’elles sont menacées de disparition. Au regard des enjeux environnementaux identifiés localement sur un territoire, l’exploitant s’engage à respecter un cahier des charges sur 5 ans et perçoit annuellement une aide financière.

Depuis 2014, dans le cadre de l’émergence de la nouvelle Politique Agricole Commune, le Syndicat mixte du Parc travaille à l’élaboration et la mise en œuvre d’un Projet Agro-Environnemental et Climatique sur deux sites Natura 2000 : « Zones humides de la région de Riom-ès-Montagnes » et « Tourbières et zones humides du Nord Est du massif cantalien. L’objectif est de pouvoir proposer aux agriculteurs concernés par ces territoires à forts enjeux environnementaux (nombreuses tourbières et prairies humides) de contractualiser des MAEC dès 2015. Cette démarche s’inscrit dans la continuité d’une précédente période de contractualisation de MAE qui s’est déroulée entre 2008 et 2010.

Pour la campagne 2015, le bilan est plus qu’encourageant puisque le territoire présente le meilleur taux de contractualisation à l’échelle de la région Auvergne.

Ainsi, 28 contrats ont permis d’engager 823 ha dans des MAEC représentant environ 315 000 € d’aides aux agriculteurs en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Le bilan est plus que positif puisque 10 nouveaux exploitants se sont engagés dans le dispositif .

Les mesures dédiées à l’élevage permettent d’améliorer la gestion pastorale des éleveurs ou de maintenir des pratiques extensives favorables à la biodiversité comme le retard de fauche sur les prairies qui favorise la richesse végétale, ou bien l’adaptation du chargement ou le retard de pâturage en zones humides qui limite l’impact du piétinement sur les espèces et les sols.

L’ouverture à la contractualisation se poursuit en 2016 sur ce territoire . Aussi, les agriculteurs désireux de s’engager dans cette démarche peuvent dès maintenant prendre contact auprès du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne.

Noter cet article : Nombre de votants : 419

Les MAEC ?

Cofinancées par l’Etat et l’Europe, les MAEC sont des aides financières versées annuellement à des exploitations agricoles volontaires qui s’engagent pour 5 ans dans le développement de pratiques combinant performance économique et performance environnementale (ou le maintien de telles pratiques lorsqu’elles sont menacées de disparition). Elles concernent des Zones d’Action Prioritaire (ZAP) définies en fonction des enjeux environnementaux liés à la préservation de la ressource en eau, de la biodiversité, des zones humides et de la séquestration du carbone. Au regard des enjeux identifiés, l’exploitant s’engage à respecter  un cahier des charges spécifique.