Accueil > Je suis > Elu du territoire > Vie institutionnelle > Décisions du BUREAU syndical du Parc du 26 février 2015 > Réinvestissement dans l'Economie Sociale et Solidaire

Réinvestissement dans l'Economie Sociale et Solidaire

le 28 mai 2015

La charte du Parc des Volcans d’Auvergne affirme l'importance des femmes et des hommes au cœur du développement durable du territoire. Pour sa préparation, la concertation des acteurs a révélé divers enjeux parmi lesquels figurent le maintien et l’accueil de nouveaux actifs, ainsi que le renforcement des liens sociaux.

© P. Bourgault

Conformément à l'une des mesures de la charte du Parc (" Encourager la solidarité entre les entreprises et le développement de l’Economie Sociale et Solidaire "), le Syndicat mixte du Parc s'est engagé depuis 2013 dans la promotion de ces nouvelles formes d'activités qui misent sur le lien social au service des activités. Il a tout d'abord mené un état des lieux qui a mis en évidence une faible présence des entreprises inscrites dans l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) et une quasi absence de culture locale autour de cette thématique. Or, les modes juridiques de l’ESS constituent des alternatives innovantes et adaptées à la création, au développement et à la reprise d’activités en milieu rural. C'est pourquoi, le Syndicat mixte du Parc s'est investi à compter de 2014 dans l'animation :

  • d'un programme d'actions destinées à encourager la création/reprise d’activités relevant des statuts de l’ESS et de manière générale les projets collectifs sur le territoire Parc
  • d'un comité technique, regroupant les principaux acteurs accompagnant l’ESS et la création/reprise d’activité, pour suivre cette dynamique.

Sur la base du bilan de ce plan d’actions, une nouvelle programmation d’actions a été mise au point pour l’année 2015 en partenariat avec l’ensemble des membres du comité technique. Elle s’inscrit désormais dans un contexte juridique plus défini. En effet, la loi du 31 juillet 2014 :

  • reconnait les entreprises suivantes comme relevant de l’ESS : les associations, les mutuelles, les coopératives et les fondations mais aussi les nouvelles formes d’entreprenariat social qui poursuivent un objectif d’utilité sociale et appliquent les principes de l’ESS
  • précise 5 grands objectifs assignés à l'ESS : reconnaitre l’ESS comme un mode d’entreprendre spécifique - consolider le réseau, la gouvernance et les outils de financement des acteurs de l’ESS -redonner du pouvoir d’agir aux salariés - provoquer un choc coopératif - renforcer les politiques de développement local durable.

Le Bureau syndical du Parc du 26 février 2015 valide le plan d'actions 2015 qui repose sur les objectifs de renforcer les partenariats et de faire connaitre l’ESS . Quelques exemples d’actions proposées : 

  • l'organisation de 2 demi-journées de voyage d’études à destination des élus locaux et des agents de développement du territoire. Chaque demi-journée permettra d’aller à la rencontre d’une structure sous statut ESS
  • la proposition de plusieurs projections-débats à destination du grand public sur la thématique de l’alimentation
  • l'animation d'une journée d’information sur l’ESS à destination des agents de développement du territoire.

Ne pouvant plus bénéficier des fonds de l’appel à projet Massif central « Accueil » en 2015, le Bureau syndical du Parc envisage de consacrer 5 000 € d’autofinancement des actions propres et générer un effet levier et de rechercher des subventions auprès de partenaires financiers pour compléter leurs plans de financement.

Noter cet article : Nombre de votants : 465

DelibBS_26fev2015_PlanActionsESS (pdf - 719,43 ko)

Les Ain’trépides : un modèle pour les projets émergents

Sensible à l’économie sociale et solidaire, le Syndicat mixte du Parc s’intéresse à un cas concret de SCIC qui pourrait donner des idées à des élus ou à des porteurs de projets sur le territoire.

Lire la suite

Dossier | Economie sociale et solidaire : une économie à visage humain

L’économie n’est pas toujours synonyme d’excès de pouvoir, de profits limités à quelques-uns ou d’évasion fiscale : il existe une forme d’entreprendre ancrée au territoire qui répond aux besoins de tous et privilégie l’utilité sociale. Des entreprises d’hommes et non de capitaux.

Lire la suite