Accueil > Des patrimoines > Milieux naturels > Des prairies riches !

Des prairies riches !

Les prairies, pelouses d’altitude et landes couvrent plus de la moitié du Parc de façon continue. Elles constituent le support d’une activité d’élevage importante qui, au-delà de sa fonction de production alimentaire (viandes, fromages, miels…), a également un rôle primordial en termes d’équilibre du territoire et d’emplois, ainsi que de maintien et d’entretien des ressources naturelles et des paysages si appréciés. 

  

Leur diversité floristique, caractéristique des sols volcaniques, est considérée comme unique en Europe et à préserver, particulièrement en zones d’estive. Travaillée par le savoir-faire agricole, elle est à l'origine de la qualité des fromages produits sur le territoire. Le Syndicat mixte du Parc accompagne les agriculteurs dans la préservation et la valorisation de cette diversité prairiale.

L’agropastoralisme au fil du temps

1-Prairie du GAEC du Puy du Loup- Renouée bistorte (Agrandir l'image). Prairie du GAEC du Puy du Loup lauréate au Concours de prairies fleuries 2016 - © SMPNRVA

Ces espaces naturels constituent l’essentiel des paysages du territoire. Stade de transition entre la forêt montagnarde et la pelouse subalpine, la lande est parcourue et entretenue par de nombreux troupeaux. Les pelouses et prairies subalpines (au-dessus de 1 450 m) sont plutôt humides, tandis qu'au-dessous de 900 m, elles se transforment en pelouses sèches.

Symbole d’une agriculture extensive, elles couvrent près d’un cinquième du territoire du Parc. À la différence des autres massifs français, où la transhumance se fait sur des prairies spontanées, perchées à plus de 1 800 mètres, ici, c’est la main de l’Homme qui a façonné ces paysages.

À la fin de l’Antiquité, est apparue la nécessité de libérer des terres autour des exploitations de basse altitude pour y produire le fourrage nécessaire en hiver. Les parcelles situées au-delà de 900 mètres ont ainsi été déboisées pour y accueillir les bêtes à l’estive, de mi-mai à début novembre.

Vastes réserves d’herbe, les estives sont également indispensables à la conservation des formes volcaniques, spécificités paysagères du territoire. En évitant que la végétation ne se referme sur les puys, elles permettent au relief de rester apparent et de garder des paysages ouverts pour le plus grand plaisir des visiteurs. Le pâturage assure, par ailleurs, le maintien d’un tapis herbeux limitant l’érosion des sols. 

Focus

Olby (63) - © M. Sagot / PNRVA

Dans la Chaîne des Puys, les estives couvrent environ 1 700 hectares . Près de 7 000 ovins et 250 bovins y pâturent chaque été. Les troupeaux entretiennent ainsi les terrains des puys et évitent l’extension des surfaces boisées ou en friches.

Leur maintien est indispensable pour assurer la visibilité des formes volcaniques, si typiques, et pour contribuer à la biodiversité.

 

Troupeau de Salers - © L'Or du Cézallier

Le paysage du Cézallier, aux ondulations douces, a été maintenu ouvert grâce au travail de l’Homme et au pâturage des troupeaux dans les estives. Celles-ci couvrent une grande partie du Cézallier et accueillent, de mai à octobre, d’immenses troupeaux transhumants de vaches Salers, Aubrac... donnant lieu à des fêtes très populaires, comme à Allanche, avec la Fête de l’Estive, fin mai.

La Pie grièche grise, oiseau emblématique de la qualité des prairies naturelles du Parc

Pie-grièche grise (Agrandir l'image). Pie-grièche grise - © Romain Riols (LPO)

Les modifications et l’uniformisation des pratiques agricoles concourent à l’érosion drastique de la diversité des oiseaux, mêmes communs ( en savoir plus ). 

La quantité et la qualité des prairies du Parc, liées à certaines pratiques agricoles, permettent le maintien de la plus importante population nationale de Pies grièches grises.

Le territoire du Parc a ainsi une responsabilité nationale dans la sauvegarde de cette espèce , objet d’un Plan National d’Action. Source LPO 

Noter cet article : Nombre de votants : 33

Natura 2000 - MAEC

Le réseau Natura 2000 du Parc participe aux 27 844 sites naturels terrestres et marins identifiés en Europe pour la qualité, la rareté ou la fragilité de leurs espèces sauvages animales ou végétales et de leurs habitats. Sur plusieurs de ces sites entre autres, des Mesures Agro-Environnementales Climatiques sont mises en œuvre...

    

Lire la suite

200 agriculteurs engagés sur le Parc dans des contrats agri-environnementaux

Depuis 2015, 6 agents du Syndicat mixte du Parc contribuent à l’accompagnement des agriculteurs dans la contractualisation de Mesures Agri-Environnementales et Climatiques concernant plus de 15 000 hectares...

Lire la suite