Accueil > Des patrimoines > Espèces emblématiques > Flore et faune d'exception > Libellules et demoiselles

Libellules et demoiselles

Le Parc des Volcans d'Auvergne a une responsabilité forte dans la préservation de plusieurs espèces d’odonates, en particulier la Leucorrhine douteuse, la Cordulie arctique et l’Agrion à lunules...

  

Le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne accueille sur son territoire une grande partie des stations Auvergnates pour la Leucorrhine douteuse et la Cordulie arctique. Ces deux espèces sont caractéristiques des milieux tourbeux d’altitude dans le Massif Central. Quant à l’Agrion à lunules, l’espèce, très rare en France, est présente uniquement dans le Massif central et la majorité des stations connues se localisent sur le territoire du Parc des Volcans. Cette espèce est typique des mares, étangs et tourbières de moyenne montagne.

Soumises à de multiples pressions (dégradation de zones humides, de la qualité de l’eau, changement climatique…), ces trois espèces dites "prioritaires" de la déclinaison Auvergnate du Plan National d’Action en faveur des Odonates, animé par le Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne.

Mâle de Coenagrion lunulatum - © SMPNRVA

Emergence de Somatochlora arctica - © SMPNRVA

Cœur copulatoire de Leucorrhinia dubia - © SMPNRVA

La charte du Parc prévoit d’agir en faveur de la conservation des espèces remarquables du territoire. A ce titre, le Syndicat mixte du Parc réalise des inventaires et des études spécifiques d’amélioration des connaissances sur ces espèces patrimoniales . afin de proposer ensuite des mesures de gestion et de préservation.

Exemple de l'étude de l'Agrion à lunules :

"Le but est de préciser la répartition et d’améliorer les connaissances que l’on pouvait avoir sur son habitat naturel", explique Lionel Pont*, responsable du projet et conservateur des Réserves naturelles nationales des Sagnes de La Godivelle et du Rocher de la Jaquette au Syndicat mixte du Parc.


L'Agrion à lunules par Parc-des-Volcans

> 1ère phase : dresser un inventaire précis de l'Agrion sur le Cézallier et les Monts Dore, secteurs du Parc concentrant la plus grande partie de cette espèce

> 2nde phase du travail : rechercher des informations sur ses déplacementsentre les zones humides. Grâce à une méthode originale "Capture, Marquage, Recapture", les agrions sont capturés temporairement au filet, observés sur site, marqués à l’aide d’un feutre puis les relâcher. Les jours suivants, une partie des individus marqués est retrouvée et permet d’apprécier leur mobilité.

Ces études ont permis de construire une stratégie de préservation partagée avec le Conservatoire d’espaces naturels d’Auvergne et de mener notamment deux grands types d’actions lancés en 2017 :

L’opération « actions en faveur des odonates patrimoniaux sur le Parc des Volcans d’Auvergne » est cofinancée par l’Union Européenne dans le cadre du FEDER

 

Noter cet article : Nombre de votants : 23