Accueil > Des actions > PATRIMOINE NATUREL > Réserves naturelles nationales des Sagnes de La Godivelle et du Rocher de la Jaquette > 3 questions à Jocelyne MANSANA, Maire de La Godivelle

3 questions à Jocelyne MANSANA, Maire de La Godivelle

"Avoir plus de passage engendrerait des retombées économiques pour tous"

 

Jocelyne Mansana, Maire de La Godivelle et membre du bureau du Syndicat mixte du Parc.

En quoi consiste votre projet d’accueil de visiteurs sur la commune ?

La Godivelle abrite sur son territoire la Réserve naturelle nationale des Sagnes, gérée par le Syndicat mixte du Parc. L’actuelle Maison de la réserve, installée au coeur du village dans l’ancien presbytère, est un bâtiment vieillissant. Le projet de notre équipe municipale est de le restaurer pour en faire un lieu d’accueil digne de ce nom - plus vivant et plus attractif - pour La Godivelle et le Parc où je suis élue.

Quelle serait sa vocation ?
La maison conserverait bien sûr sa mission d’information sur la réserve et sur ses tourbières, mais en l’approfondissant grâce à une nouvelle scénographie et des animations destinées aux adultes et aux enfants. Nous souhaiterions, par ailleurs, que cette maison d’accueil des visiteurs valorise davantage le village et le Cézallier d’un point de vue touristique, par exemple en mettant en avant ses particularités architecturales et paysagères, mais aussi ses productions, comme le saint-nectaire.

Quelles retombées en espérez-vous pour le territoire ?
La Godivelle est un village de 24 habitants l’hiver, une centaine l’été. Six exploitations agricoles seulement sont encore en activité, dont une proche de la retraite. Si on ne veut pas que la commune se meure, il faut jouer la carte du tourisme pour valoriser un potentiel largement sous-exploité. Or, nous avons un sacré atout : la présence du Parc qui crée des animations et attire les visiteurs à la Maison de la Réserve… mais seulement 4 mois dans l’année, soit environ 2 000 personnes par an. Si notre projet voit le jour – si l’on obtient les financements car l’investissement s’élève au bas mot à 200 000 euros – on pourrait tabler sur sa présence 6 mois par an et viser 3 000 à 4 000 personnes. Avoir plus de passage engendrerait des retombées économiques pour tous, à commencer pour l’unique commerçant du village qui propose de l’artisanat et des produits de terroir… C’est aussi plus de vie pour les habitants qui y résident à l’année ou pendant les vacances.

Noter cet article : Nombre de votants : 29

MAISON DE LA RÉSERVE NATURELLE NATIONALE DES SAGNES DE LA GODIVELLE

Lire la suite