Accueil > Des actions > PATRIMOINE NATUREL > Eau et milieux aquatiques > Gestion de lacs remarquables : la protection par l'exemple

Gestion de lacs remarquables : la protection par l'exemple

Une randonnée proposée lors de la Fête de la nature de mai 2015 pour comprendre les enjeux de milieux aquatiques remarquables et fragiles.

Un bon exemple vaut mieux que de grands discours ! Pour expliquer les tenants et les aboutissants de son intervention au niveau de la tête du bassin versant de la Couze Pavin, le
Syndicat mixte du Parc, avec le soutien de la Commune de Besse-Saint-Anastaise, a organisé le dimanche 24 mai, dans le cadre de la Fête de la nature, une randonnée découverte avec pique-nique.

Au départ du lac de Bourdouze , en passant par le lac de Montcineyre et le lac Pavin, les participants guidés par deux agents du Syndicat mixte du Parc ont découvert au fil de leur parcours les enjeux et les actions mises en œuvre dans cette vaste zone de sources et de lacs, pour protéger la ressource en eau, les tourbières, la faune et de la flore en concertation étroite avec l’agriculture.

Une journée pour faire le lien entre les activités locales (agriculture, pêche, alimentation en eau potable, tourisme), et la préservation de la ressource en eau, entre actions techniques et sensibilisation qui s’est clôturée par une exposition dans la salle du lac Pavin.

Des lacs menacés d’eutrophisation

L’eutrophisation est une évolution des milieux aquatiques liée à l’enrichissement de l’eau en nutriments. Elle peut avoir des impacts négatifs sur le milieu : disparition d’espèces végétales et animales remarquables et fragiles (écrevisses à pieds blancs, omble chevalier..), développement d’espèces indésirables comme les cyanobactéries, qui peuvent s’avérer toxiques.

Afin de lutter contre ce risque d’eutrophisation, il faut  limiter l’apport de nutriments dans les lacs . Or ces nutriments proviennent essentiellement des prairies situées à l’intérieur du bassin d’alimentation du lac, où les eaux de pluie sont susceptibles de se charger en éléments provenant des engrais, fumiers et lisiers (phosphore, nitrates) avant de ruisseler ou de s’infiltrer vers les lacs.

Il est donc très important d ’informer les agriculteurs et de les accompagner pour qu’ils mettent en place des pratiques présentant le moins de risque possible pour l’eau (par exemple : adapter au plus juste les quantités d’engrais au besoin des plantes, éviter les épandages en période de risque de ruissellement/infiltration, éviter d’épandre ou de déposer des tas de fumier dans les zones les plus sensibles).

Qu’est-ce que le Contrat de Lacs ?

Le contrat de lacs est un document cosigné par le Syndicat mixte du Parc des volcans d’Auvergne, les communes de Besse et Compains, le Sivom d’Issoire ainsi que les structures impliquées dans le financement d’actions en faveur des milieux aquatiques  (agence de l’eau Loire-Bretagne, Région Auvergne, Conseil Général du Puy-de-Dôme).

Il s’agit en fait de la programmation sur 5 années d’un ensemble d’ actions visant à préserver ou à améliorer la qualité de l’eau de 4 lacs  : le lac Pavin , le lac des Bordes , le lac de Bourdouze et le lac de Montcineyre .

Le Contrat de Lacs prévoit de nombreuses actions en faveur de la qualité des milieux aquatiques concernés, dont un programme d’animation agro-environnemental destiné à sensibiliser et accompagner techniquement les agriculteurs. 

Noter cet article : Nombre de votants : 493

Des aménagements pour préserver le lac-tourbière de Bourdouze

Situé sur la commune de Besse-Sainte-Anastaise dans le Cézallier, le lac de Bourdouze constitue un patrimoine naturel important du Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne.

Lire la suite