Accueil > Agir > Des enjeux, des actions > Réserves et sites naturels > Chaîne des Puys > Actualités > Chaîne des Puys et Faille de Limagne > Un troupeau "multifonctions" pour ouvrir les paysages embroussaillés

Un troupeau "multifonctions" pour ouvrir les paysages embroussaillés

le 13 octobre 2020

Durant plusieurs années, ce troupeau "mobile" de Ravas a pâturé sur des sites naturels fragiles de la Chaîne des Puys. Une opération innovante qui a permis de larges bénéfices écologiques et paysagers. En 2020, cette action est étendue au-delà des Volcans d'Auvergne pour s'inscrire dans une dynamique économique et pédagogique.

 

Troupeau mobile ovin - © Lycée agricole de Rochefort Montagne

Une expérimentation probante au plan paysager et écologique

Outre ses paysages d'exception, le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne est reconnu pour son rôle de cœur de nature, composé en large partie de prairies riches en espèces végétales et animales parfois rares. Œuvrant pour la préservation et la valorisation de ces patrimoines, le Syndicat mixte du Parc des Volcans d'Auvergne s’est associé en 2015 au Lycée agricole de Rochefort Montagne pour expérimenter la ré-ouverture de milieux naturels embroussaillés et fragiles de la Chaîne des Puys Faille de Limagne et de ses alentours (souvent en zone Natura 2000). Ainsi, avec le concours financier du Département du Puy-de-Dôme, de Clermont Auvergne Métropole et de la Fondation Chaîne des Puys faille de Limagne, un berger a été recruté pour conduire un troupeau composé de Ravas (race particulièrement adaptée aux spécificités des sites) afin de réaliser, de sites en sites, un pâturage ciblé sur les espaces fragiles envahis par la végétation.

Brebis Rava - © Studio des 2 prairies - Eve Hilaire

Incontestablement, cette pratique pastorale a fait ses preuves :
> davantage de ressource fourragère, avec l’apprentissage par le troupeau de la consommation d’arbustes (30% de son alimentation)
> reprise de milieux herbacés caractérisés par une biodiversité riche en espèces végétales, grâce au pâturage au sol limité
> des brebis en bonne santé (moins de parasites observés).

Ce bilan favorable permet d’envisager, parmi les nouvelles perspectives agro-écologiques, le pâturage de sites occupés par des arbustes et des arbres, offrant de l’ombre et de la ressource en fourrage aux troupeaux.

Démontrer l'intérêt économique et pédagogique

Fort de son succès, l’opération est déployée en 2020 à proximité du Parc des Volcans d'Auvergne, sur un coteau sec de la commune de Veyre-Monton : faisant partie de la Réserve naturelle régionale du Puy de Marmant (gérée par le Conservatoire des Espaces Naturels d’Auvergne) et composé d’une mosaïque de milieux, cet espace n'est plus pâturé depuis plusieurs années et présente des fragilités vis-à-vis de ses sols et espèces.

L'expérimentation y est poursuivie dans l'optique également d'un transfert à un exploitant agricole : une fois ré-ouvert et pâturé, si la production de fourrage est suffisante et que la gestion du troupeau est transmissible…, le pâturage du site pourra être proposé à un agriculteur.

Enfin, en associant le Lycée agricole, l’action est également pédagogique : les élèves du lycée étudient et accompagnent cette opération particulière menée en milieu sensible et dans un contexte de changement climatique : ils échangent avec les bergers, suivent la préparation du troupeau et participe à la réalisation des bilans annuels.

L’action expérimentale menée conjointement par le Syndicat mixte du Parc et le Lycée professionnel agricole de Rochefort-Montagne se transmet. Elle permet d’envisager une complémentarité et une cohérence d’actions entre les coteaux de la plaine et les zones de montagne… L’enjeu est bien de développer une autonomie fourragère notamment en situation de sécheresse et de s’assurer de la capacité des brebis à apprendre à consommer les ligneux.

Noter cet article : Nombre de votants : 2

En savoir plus

Dans sa revue de juin 2020, l'Association Française pour la Production Fourragère revient sur l'expérience de pâturage à l'aide d'un troupeau mobile gardienné et aborde des notions de botaniques, de savoir-faire du berger, de l’intérêt de l’agroforesterie sur la santé et le bien-être des animaux...

Revue_Fourrage (pdf - 307,21 ko)

Références et auteurs :
> Cédric Boussouf, DGER Animateur réso'them transition agroécologique de l'enseignement agricole / Biodiversité
> Véronique Deiss, INRAE de Theix
> Catherine Martin, technicienne bergère du LPA de Rochefort-Montagne, de 2017 à 2019

Le pastoralisme, acteur de l'ouverture des paysages

Le maintien des estives améliore la lisibilité des formes volcaniques par l'ouverture de l'espace permise par le passage des troupeaux...

Lire la suite