Accueil > Agir > Des enjeux, des actions > Energie climat et mobilités > Territoire à énergie positive

Territoire à énergie positive

En retenant sa candidature, le Ministère de l’environnement a reconnu le Parc des Volcans d'Auvergne comme "Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte". Dans ce cadre, le Syndicat mixte du Parc aura permis d’injecter près d’un million d’euros d’investissement sur son territoire.

La commune de Sayat, engagée dans une démarche de réduction des consommations énergétiques - © SMPNRVA

Territoire de moyenne montagne, le Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne fait face à une vulnérabilité énergétique importante en raison de besoins importants notamment en matière:
> de chauffage, liés à la rigueur du climat et à la faible performance énergétique du bâti, représentent des coûts importants en particulier pour les collectivités territoriales
> de déplacement du fait de l'éloignement des zones habitées par rapport aux centres bourgs et agglomérations périphériques du Parc.

Dans le respect des objectifs de la Charte 2013>2025, le Syndicat mixte a souhaité favoriser une dynamique de revitalisation durable des centres-bourgs en préparant la candidature du Parc à Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV). Celle-ci a été axée sur trois objectifs encourageant les collectivités à l’exemplarité : réduction de l’usage des pesticides, rénovation énergétique du patrimoine public et optimisation de l’éclairage public.

En octobre 2016, le Parc naturel régional des Volcans d'Auvergne a été lauréat d'une première candidature qui a permis l'obtention d'une enveloppe de 500.000 euros pour le financement de huit projets locaux :

Dans le Cantal :

  • commune de Valuéjols (Cantal) : rénovation énergétique et optimisation de l’éclairage public
  • commune du Claux (Cantal) : modernisation d’un hameau de gîtes touristiques communaux

Dans le Puy-de-Dôme :

  • Communauté de communes du massif du Sancy (Puy-de-Dôme) : optimisation énergétique de la médiathèque de La Bourboule
  • commune de Sayat (Puy-de-Dôme) : réduction de la consommation énergétique de la commune).
  • commune de Rochefort-Montagne (Puy-de-Dôme) : optimisation de l’éclairage public et rénovation d’un bâtiment avec raccorde-ment au réseau de chaleur-bois
  • commune de Compains (Puy-de-Dôme) : rénovation énergétique de la mairie
  • commune d'Anzat-le-Luguet (Puy-de-Dôme) : économies d’énergie et optimisation de l’éclairage public
  • commune de Saint-Genès-Champanelle (Puy-de-Dôme) : rénovation énergétique de la mairie et de l’école.

Puis, en mars 2017, une seconde candidature a permis l'attribution d'une enveloppe de 500.000 euros pour financer les projets de 12 collectivités en faveur du développement des mobilités durables et de la préservation des ressources naturelles :

Dans le Cantal :

  • Vic-sur-Cère : aire de covoiturage, borne de recharge électrique, véhicules électriques, jardin pédagogique et éco-pâturage
  • Saint-Chamant : potager éducatif, végétalisation des allées du cimetière et véhicule électrique
  • Ségur-les-Villas : stations de pompage à énergie renouvelable pour les estives et véhicule électrique
  • Valuéjols : matériels pour la gestion durable des espaces verts et véhicule électrique
  • Le Claux : acquisition d’un véhicule électrique.

Dans le Puy-de-Dôme :

  • Volvic : aire de covoiturage, borne de recharge électrique, véhicule électrique, jardins partagés et vergers conservatoires.
  • Saint-Ours-les-Roches : acquisition d’un véhicule électrique.
  • Saint-Genès-Champanelle : espace public dédié à la mobilité, véhicule électrique.
  • Le Mont-Dore : matériel pour l’entretien sans pesticide.
  • La Tour d’Auvergne : matériel pour la gestion durable des cimetières.
  • Anzat-le-Luguet : matériel pour la gestion durable du cimetière, véhicule électrique.
  • Orcines : végétalisation de la toiture de la mairie (extension).

Un troisième succès, en avril 2017, est venu finaliser ce programme avec l’attribution d’une subvention complémentaire de 300.000 euros en faveur de l’amélioration de l’éclairage public.

Les interventions sur l’éclairage public permettent à la fois de générer des économies d’énergie pour la commune et de préserver la qualité de l’environnement nocturne. En effet, une grande partie de la faune (parmi laquelle 80 % des insectes) vit la nuit. Or, l’éclairage public peut déséquilibrer directement le milieu dans lequel vivent ces espèces. L’aide de 300 000 euros obtenue lors de ce dernier volet de la candidature TEPCV sera répartie équitablement entre les deux Syndicats d’énergie intervenant sur le territoire, à savoir : le SDEC (Syndicat d’énergie du Cantal) et le SIEG (Syndicat d’électricité et de gaz du Puy-de-Dôme). Elle permettra aux communes du Parc de bénéficier d’un soutien financier pour à la fois favoriser l’améliorer des pratiques (extinction en milieu de nuit par exemple) et viser le remplacement des équipements existants (matériel moins énergivore). Dans le Cantal, ce programme permettra notamment aux communes du Parc de s’équiper de l’ensemble des dispositifs nécessaires à la mise en place de l’extinction de l’éclairage en milieu de nuit, afin de répondre à un double enjeu d’économie d’énergie et de préservation de l’environnement nocturne.

Contact au Syndicat mixte du Parc

Pôle "Urbanisme, paysage et énergie"