Accueil > Agir > Des enjeux, des actions > Agriculture et produits > Actualités > agriculture et produits agricoles > Un portrait contemporain du pastoralisme dans les monts Dore

Un portrait contemporain du pastoralisme dans les monts Dore

le 9 février 2017

Une enquête pastorale conduite par le Syndicat mixte du Parc des Volcans d’Auvergne et Auvergne Estives permet de dresser un état des lieux actuel du pastoralisme montdorien et autorise ainsi une lecture des évolutions et des enjeux qui le caractérise.

Vaches Salers en estive au Val de Courre - © SMPNRVA

 

L’enquête pastorale a été réalisée dans 16 communes des Monts Dore des mois de mai à août 2016. Réunis autour de la table, agriculteurs et élus de chaque commune ont participé au recueil des données et ont exprimé leur vision et leurs attentes quant aux surfaces pastorales du massif.

Les résultats de l’enquête ont mis en évidence un domaine pastoral d’envergure de 10 300 ha dont la surface est restée stable depuis les années 80. Celle-ci accueille chaque année plus de 15 600 animaux en provenance de 285 exploitations.

Outre le fait d’avoir souligné le poids du pastoralisme dans les Monts Dore, les données recueillies ont également permis d’en identifier les spécificités et les enjeux :

  • la pérennité et la promotion des usages collectifs. Si l’exploitation individuelle est dominante dans le massif, 1/3 des surfaces sont gérées de manière collective. Cependant, une partie de ces estives évoluent sans statut juridique, rendant fragile la pérennité et la promotion de cette forme de gestion. L’absence de service pastoral spécialisé en Auvergne renforce la difficulté de travailler à l’accompagnement des estives collectives et des « collectifs d’estives » (estives collectives non constituées juridiquement). 
  • l’évolution de la gouvernance des entités pastorales individuelles. Contrairement à l’idée reçue, la tendance n’est pas à l’accaparement des estives par les transhumants extérieurs, le nombre d’animaux en provenance d’autres départements n’ayant pas évolué depuis 35 ans. En revanche, d’autres mouvements ont pu être observés : le régime de la pension d’animaux est en augmentation dans le massif et la gestion des montagnes se concentre de plus en plus dans les mains d’un certain nombre d’exploitations locales.
  • la cohabitation des usages agricoles et touristiques. Outre l’usage agricole des estives, le lien entre ces patrimoines naturels exceptionnels et la forte activité touristique induite par ces paysages idylliques est à souligner. Avec une fréquentation estivale importante (180 000 visiteurs par an sur les crêtes), la cohabitation de l’activité pastorale avec le tourisme apparaît comme un enjeu considérable sur le massif.
  • le maintien de pratiques agricoles pastorales. Si les pratiques pastorales dominent encore largement le massif, force est de constater une tendance à l’adoption d’une gestion de plus en plus similaire à celle des prairies : interventions sur l’herbe (fertilisation, amendements, broyage annuel) et modèle de pâturage tournant (multiplication des parcs). Cette évolution fragilise les points forts de l’estive qui résident dans la faiblesse des coûts de production, les qualités environnementales et paysagères.
  • l’équipement des estives. Globalement, les estives montdoriennes sont bien équipées. Toutefois, cette problématique reste majeure car elle conditionne la viabilité du pastoralisme sur le territoire.

 

Consulter l'étude :
> version complète
> synthèse

Noter cet article : Nombre de votants : 255

Dossier I Le pastoralisme plus que jamais

Alors que le pastoralisme se fédère sur les départements auvergnats, le Parc des volcans d'Auvergne est encouragé à poursuivre son travail sur cette tradition pétrie de bon sens et toujours d'actualité.

Lire la suite

Le Parc et Auvergne Estives rassemblent le monde du pastoralisme auvergnat

Les acteurs du pastoralisme se sont réunis début avril pour d’échanger sur cette activité qui occupe une place à part dans les exploitations agricoles et forge des paysages d’exception. Auvergne Estives et le syndicat mixte du Parc des Volcans d’Auvergne dévoilent un projet commun sur le massif des Monts Dore qui pourrait intéresser plus largement.

Lire la suite