Accueil > Actualités du territoire > Archives actualités > Une méthode innovante pour l'étude de l'Agrion à lunules

Une méthode innovante pour l'étude de l'Agrion à lunules

La responsabilité du Parc dans la préservation de l’Agrion à lunules est très forte ; le territoire abrite, en effet, 80 % des stations connues de cette libellule en France.

Une libellule particulièrement présente dans le Parc. - © Marc-Antoine Colreu

Un programme d’étude a occupé les services du Syndicat mixte du Parc en 2013 - 2015. « Le but est de préciser la répartition et d’améliorer les connaissances que l’on pouvait avoir sur son habitat naturel », explique Lionel Pont*, responsable du projet. Une première phase en 2013 et 2014 a permis à son équipe de dresser un inventaire précis sur le secteur du territoire du Parc qui concentre la plus grande partie de cette espèce : le Cézallier et les Monts Dore. « Nous avons cherché à définir de manière précise les exigences écologiques et les milieux de vie de cette espèce. »

Une deuxième phase de travail est en cours afin de mener une étude originale : la CMR (Capture, Marquage, Recapture). Elle consiste à capturer temporairement au filet tous les individus observés sur un site, à les marquer à l’aide d’un feutre puis à les relâcher. Les jours suivants, une partie des individus marqués sera retrouvée et permettra d’apprécier leurs déplacements. « Cela nous donnera des informations sur les échanges biologiques qui existent entre les zones humides. »

*Conservateur des Réserves naturelles nationales des Sagnes de La Godivelle et du Rocher de la Jaquette au Syndicat mixte du Parc


L'Agrion à lunules par Parc-des-Volcans
Noter cet article : Nombre de votants : 522