Accueil > Actualités du territoire > Archives actualités > La réserve naturelle de Chastreix-Sancy enquête

La réserve naturelle de Chastreix-Sancy enquête

Depuis 6 mois, la réserve naturelle de Chastreix-Sancy accueille Sandrine Disdier en stage de master "métiers de la montagne". Trois missions lui ont été confiées afin d'améliorer la communication de la réserve.

Sandrine Disdier stagiaire à la Réserve naturelle nationale de Chastreix Sancy - © SMPNRVA (T. Leroy)

Premier tâche de Sandrine : évaluer le niveau d’information des habitants, des élus locaux et des scolaires. A l'issue de l'interview de 347 personnes, les résultats montrent que la réserve est connue des habitants, mais qu’ils ont le sentiment d’être peu à moyennement informés. La principale source d’information est la presse locale alors qu’internet et la lettre d’information papier sont peu utilisés. Les habitants souhaitent être davantage informés et considèrent la réserve comme un atout potentiel.

La deuxième mission a été d’apprécier le niveau de connaissances des visiteurs sur le terrain. Des 579 personnes enquêtées, il en ressort que la réserve est peu connue des visiteurs qui maîtrisent mal sa localisation et sa réglementation. Mais sa notoriété est en hausse. Ils souhaitent être davantage informés, notamment par davantage de panneaux explicatifs sur le terrain. Ils considèrent la réserve comme un  facteur d’attractivité . Les principaux médias sont les panneaux sur le terrain et les offices du tourisme.

L’actualisation de l'étude de la fréquentation touristique des crêtes du Sancy a été la troisième mission de Sandrine. Les 242 heures de comptage effectuées entre le 3 juillet et le 19 août ont permis de recenser 43 300 visiteurs sur 10 points. L’accès au sommet du puy de Sancy reste le plus fréquenté, avec une moyenne horaire de 559 visiteurs par le côté Nord-Ouest (escalier en bois) et 260 par le coté Sud-Est. Les crêtes sont globalement très visitées, puisqu’elles accueillent en moyenne entre 90 et 160 personnes par heure (puy de la Perdrix, col de la Cabane, col de Courre…). L’accès se fait essentiellement par les téléphériques du Mont-Dore et de Superbesse. La beauté des paysages et la découverte de la nature sont les deux principales motivations des visiteurs.

Fin septembre, Sandrine présentera son travail aux acteurs touristiques du Sancy, aux membres du comité consultatif de la réserve et bien sûr au jury de son université. Originaire des Hautes-Alpes, elle a aussi découvert un nouveau massif de montagne qu’elle trouve surprenant par la verdeur de ses paysages et par la rigueur de son climat. Son projet professionnel est de travailler dans le domaine touristique.

Noter cet article : Nombre de votants : 921

1 Commentaire

| Conditions de modération | Prévenir un modérateur

le 16 février 2016 à 09h45 , par SANDRINE ELEOUET
BRAVO SANDRINE !

Bonjour Sandrine,

plusieurs années sans nouvelles, mais ravie de constater que tu travail toujours aussi prêt de la nature.
Je t'embrasse,

Sandrine ELEOUET
0678255629