Accueil > Actualités du territoire > Archives Dossiers > Dossier : Sites d'exception, une gestion sur mesure > Réserve de Chastreix-Sancy : un objectif de cohabitation

Réserve de Chastreix-Sancy : un objectif de cohabitation

Table de lecture au puy de Sancy

La réserve naturelle nationale de Chastreix-Sancy s’efforce de concilier sauvegarde de l’environnement et activités socioéconomiques. Avec 1 894,5 hectares situés en plein milieu des monts Dore,elle renferme une biodiversité exceptionnelle.

Thierry Leroy, conservateur de la réserve , en fait l’inventaire :« 87 habitats naturels différents,1 057 espèces végétales, dont 120 avec une valeur patrimoniale et 641 espèces animales, quelques curiosités géologiques et des cours d’eau d’excellente qualité ».

Dans un cadre si riche et si large, les paysages bucoliques deviennent rapidement le terrain de jeux de nombreuses activités. « La réserve est entourée par trois stations de ski et, en été, une vague importante de randonneurs et de sportifs s’empare du massif, fait remarquer Thierry Leroy. Sans oublier, les agriculteurs et les forestiers qui exploitent leurs terrains. » Selon lui, le but de la préservation n’est pas d’interdire ces activités, mais bien au contraire de trouver un moyen de faire cohabiter nature, activités économiques et loisirs, « C’est pourquoi nous travaillons au maximum avec les acteurs locaux ».

Afin de rédiger le plan de gestion 2014-2018 (actuellement en cours de finalisation), les trois agents de la réserve sont partis sur le terrain, à la rencontre des acteurs locaux. « On a récolté des informations qui nous ont permis de constituer un état des lieux des activités (agriculture, sports de loisirs, chasse,etc.), explique Thierry Leroy. Ensuite nous avons organisé des réunions de restitution et on a présenté l’état des lieux à un comité consultatif présidé parle préfet. »

Aujourd’hui, suite aux résultats de ces études, la réserve prévoit de se concentrer sur trois grands axes :

  • Préserver le patrimoine naturel tout en permettantles activités socio-économiquescompatibles, comme la fréquentation touristique
  • maintenir une agriculture extensive existante, typique de notre moyenne montagne
  • favoriser le caractère naturel des forêts et l’ancrage local de la réserve naturelle.
Noter cet article : Nombre de votants : 879

À découvrir cet été

Une exposition « le lutin du Sancy (l’hermine) » à la maison de la Réserve naturelle de Chastreix-Sancy (Chastreix, 63)

Sur Wikipedia

http://bit.ly/14ameON