Accueil > Actualités du territoire > Archives Dossiers > Dossier : Sites d'exception, une gestion sur mesure > Gérer l’or vert du Cézallier pour en préserver les richesses

Gérer l’or vert du Cézallier pour en préserver les richesses

Le Cézallier c’est l’or vert, les prairies d’altitude. Un patrimoine qu’il convient de préserver, pour l’oeil et la biodiversité.

Là-haut, depuis des générations, des familles d’agriculteurs s’y activent. Faute de quoi, la forêt prendrait le dessus en effaçant la spécificité de ces paysages uniques. L’entité « Chamaroux-LesChastelets-Lacs de La Godivelle » est d’ailleurs répertoriée par l’Europe en zone Natura 2000 du Cézallier (voir le carnet de terrain). Marie-Christine et Serge Monier ont donc pu y engager 27 hectares de leur exploitation dans le cadre d’une mesure agro-environnementale territorialisée. Ils se sont ainsi engagés à respecter des dates pour faucher ou faire pâturer leurs vaches Aubrac,à limiter la fertilisation.

Bref, à poursuivre leurs pratiques extensives qu’au jour le jour ils doivent recenser dans un cahier. Moyennant quoi, ils perçoivent une aide de 165 à 285 € par hectare, plafonnée à 7 500 €.« Il y en a plein qui auraient pu s’engager,remarque Serge Monier. Ils n’ont pas voulu faire ces démarches. »

C’est le cas de la famille Bafoil-Senèze. Leurs pratiques ne sont pas plus intensives pour autant. Depuis 10 ans, dans lecadre de la coopérative Acajou des Volcans - implantée à Riom-ès-Montagnes -ils respectent un cahier des charges pour produire une viande salers de qualité indissociable de son terroir de production. De son côté, Serge Monier a décidé de s’engager dans « Les Viandes du père Joffrois », autre filière courte mais destinée à approvisionner une trentaine de restaurants. Ces animaux sont abattus à Pierrefort.

En 2011, lorsqu’il s’est agi de s’engager dans le concours agricole des prairies fleuries, les Bafoil et les Monier n’ont pas hésité, sûrs de la richesse de leur capital vert. Ils s’y sont d’ailleurs distingués.37 espèces de plantes ont été recensées sur les 7,59 ha de la  "prairie de fauche" des Monier qui ont décroché le premier prix de la catégorie, tandis que les Bafoil s’imposaient dans celle des « prairies pâturées ».

monier_FPigot-PAP (Agrandir l'image). © F. Pigot / PAP

Dans le cadre d’une mesure agro-environnementale, Marie-Christine et Serge Monier ont engagé 27 hectares situés
en zone Natura 2000.

 

bafoil_FPigot-PAP (Agrandir l'image). © F. Pigot / PAP

« Je connaissais un peu la parcelle et savais ce qu’il y avait dedans… », précise Michelle Bafoil-Senèze dont la prairie d’estive a été récompensée en 2011.

Noter cet article : Nombre de votants : 752

Concours au goût des prairies fleuries

Bravo aux agriculteurs lauréats de ce 4e concours agricole : Gérard Verdier, d'Egliseneuve d'Entraigues (1er prix) et Jean-Marc Loubeyre, de Riom-ès-Montagnes (prix spécial) !

Lire la suite