Accueil > Actualités du territoire > Archives Dossiers > Dossier | Economie sociale et solidaire : une économie à visage humain > Devenir «Spect’acteur» en Pays d’Issoire

Devenir «Spect’acteur» en Pays d’Issoire

Sous forme de micro-mécénat, des consommateurs de culture, s'impliquent pour financer la production et la diffusion d'artistes locaux. Pour une autre économie de la culture...

ESS-spectacteur-pays-issoire (Agrandir l'image). «Ces alliés du Pays d'Issoire» ont pris la culture en main. - © Ardes communauté

On connaissait les consomm’acteurs, ces citoyens désireux de reprendre en main la qualité de leur alimentation grâce aux circuits courts. Voici leurs homologues dans le domaine culturel : les spect’acteurs, qui veulent avoir leur mot à dire dans le développement culturel de leur territoire et dans l’offre de produits artistiques au sens large. Comment ? En se regroupant en  Amacca, association pour le maintien des alternatives en matière de culture et de création artistique .

La première en Auvergne vient de voir le jour sur Ardes Communauté et devrait expérimenter cette nouvelle forme de micro-mécénat en 2014. «C’est l’équivalent d’une Amap (*)  culturelle, explique l’initiateur du projet  Francis Cahen , ancien intermittent du spectacle et désormais chargé de culture à la communauté de communes. Des consommateurs culturels s’impliquent pour financer la production et la diffusion d’artistes locaux. ».
En fédérant les habitants, mais aussi les élus, les pouvoirs publics, les artistes, les entreprises et les porteurs de lieux, cette association innovante baptisée «Ces alliés du Pays d’Issoire»  se fixe avant tout comme objectifs de  «mettre en oeuvre et pérenniser une dynamique culturelle multidisciplinaire qui réponde aux besoins de proximité des habitants» .

En amenant la culture partout où elle ne va jamais, en ouvrant le débat public, l’Amacca devrait créer du lien social, tout en permettant aux  citoyens-spectateurs-producteurs de choisir la forme de culture qu’ils ont envie de soutenir, celle notamment éloignée des circuits marchands et institutionnels.

L’association bénéficie d’une subvention européenne qui va lui permettre d’embaucher un animateur en 2014 et «de rendre pérenne la structure dans les années à venir».

(*) Amap : citoyens et paysans se regroupent pour organiser l’échange de paniers alimentaires.
À (re)lire : notre article et notre vidéo sur l’AMAP de Murat

Au sommaire de votre dossier

" Economie sociale et solidaire : une économie à visage humain"

Noter cet article : Nombre de votants : 783

Contact

Ardes Communauté - Francis Cahen | 04 73 71 80 39  email